News Business....7J/7
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Impôts : Ce que vous allez gagnez pendant le quinquennat selon votre revenu

Rédigé le Jeudi 13 Juillet 2017 à 16:20 | Lu 45 fois


Les réformes prévues par le Premier ministre Edouard Philippe bénéficieront à toutes les couches de la population. Mais les strates les plus aisées seront mieux loties.



Il avait multiplié les promesses concernant le pouvoir d’achat des ménages durant la campagne présidentielle. Désormais Président de la la République, Emmanuel Macron doit les mettre en oeuvre. Les baisses d’impôts et la suppression de la taxe d’habitation mentionnées par le Premier ministre Edouard Philippe durant son discours de politique générale en sont les principaux leviers. L’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), classé à gauche, a publié mercredi 12 juillet son étude sur l’impact de ces mesures fiscales programmées. On y constate que la population française dans son intégralité sera bénéficiaire. Mais certains le sont bien plus que d’autres.

Première observation : si vous faites partie du dernier décile, c’est à dire de ceux qui gagnent plus de 3.599 euros net par mois selon l’Insee, vous êtes les grands gagnants. Sur les 9,15 milliards de baisses d’impôts prévus, 4,20 milliards bénéficieront aux 10% les plus riches, soit 46% du total. Leurs revenus annuels augmenteraient de 2,6% (contre 1,4% en moyenne pour l’ensemble des ménages). Ces 10% de chanceux profiteraient pleinement du plafonnement forfaitaire à 30% sur les revenus de l’épargne, mais aussi de la transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière (IFI). Un nouvel impôt qui exclurait les placements financiers tels que les actions, les obligations ou l’assurance-vie.

Plus précisément, l'OFCE révèle que c’est le dernier centile - 1% de la population, soit les 280.000 ménages les plus riches - qui en bénéficierait le plus. Les 9 autres pour cent sont très proches du neuvième décile, un des grands perdants de cette politique.

En effet, sI vous faites partie des huitième et neuvième déciles, vous ne constaterez que de très faibles baisses d’impôts. Avec respectivement 34 et 185 euros en plus par an, le poids de la fiscalité écologique pèsera lourd dans votre budget et ne sera que très partiellement compensé par la suppression de la taxe d’habitation. Pour rappel, Emmanuel Macron a souhaité mettre fin à la taxe d’habitation pour 80% des ménages français. Une proportion qui exclut donc les plus aisés.

L’autre grand perdant est le premier décile, c’est-à-dire les ménages qui gagnent moins de 1.206 euros par mois. Ces 10% les plus pauvres de la population ne verront leurs revenus augmenter que de 1%, soit moins que la moyenne nationale (établie à 1,4%). Un faible gain annuel, donc, s’élevant à 81 euros. Bien qu’ils bénéficient fortement de l’augmentation (50%) de la prime d’activité, de la suppression de la taxe d’habitation et du relèvement de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), ils sont les plus pénalisés par la fiscalité écologique annoncée par le ministre de la transition écologique, Nicolas Hulot, et par l’augmentation du prix du paquet de cigarettes.

Et cela pourrait être pire pour les ménages les moins aisés. Si le gouvernement, comme il semble en avoir l'intention, choisit de financer les baisses d'impôts par des coupes dans les dépenses de santé ou les aides personnalisées au logement, ce maigre gain de 81 euros par an pourrait se transformer carrément en perte nette de 337 euros, soit 4% du revenu en moins, selon l'OFCE.

>> Nouveau ! Ne ratez aucun article important de Capital.fr en vous abonnant à nos alertes. Cliquez sur la cloche rouge en bas à droite de cet écran (uniquement sur ordinateur et smartphones Android).

Enfin, la classe moyenne, celle qui gagne entre 1.480 et 2.716 euros, est un peu mieux lotie. Ces ménages peuvent espérer un gain net compris entre 181 et 352 euros par an. Ils sont ainsi les principaux bénéficiaires de l'exonération de la taxe d’habitation. Les septième et troisième déciles peuvent tabler sur une augmentation de 1,5 % de leurs revenus, le deuxième de 1,4 %, les cinquième et sixième de 1,3 %.

Edouard Philippe a promis que la baisse des prélèvements obligatoires s’élèverait à 20 milliards sur l’ensemble du quinquennat. Reste donc à savoir à qui va profiter les 11 milliards restants...

lecapital.fr


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Nos Services | Bon à Savoir | Conseils | Infos Plus | WeePartner | Offres | News Showbiz | Bloc Note | Trucs Astuces | Articles Sponsorisés | Parténariats | Archive | High Tech | Economie | Reussite | Informatique | Mobile | Management | Entreprise | Bien être | Finance | Immobilier | Automobile | Alerte Prévention | Science Tech