Opportunités !
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Business débat Reflexion : L'entrepreneuriat féminin : où est-il le plus avantageux ?

Rédigé le Vendredi 2 Octobre 2015 à 18:59 | Lu 229 fois


Depuis 2013, la société Dell publie chaque année le Gender GEDI, un index composé de 30 indicateurs qui permet de définir le dynamisme d’un pays en matière d’entrepreneuriat féminin. La version 2015 de cette étude fournit des données intéressantes pour comprendre quels sont les pays les plus développés dans ce domaine. Quels sont donc les endroits où il est le plus facile d’entreprendre pour les femmes ?



Les Etats-Unis

Les Etats-Unis font figure de numéro 1 dans le domaine de l’entrepreneuriat féminin. Le pays brille par son taux élevé de création d’entreprises par des femmes, qui culmine selon l’étude à 71 %. Parmi les femmes de 18 à 64 ans, près de 3 % ont déjà créé une entreprise sur le sol américain. De nombreuses femmes sont à la tête de grandes sociétés, comme la dirigeante de PepsiCo Indra Nooyi, la PDG d’IBM depuis 2012 Ginny Rometty ou encore Elizabeth Holmes, fondatrice et PDG de l’entreprise Theranos spécialisée dans le domaine médical. On note cependant que moins de 5 % des fonds distribués par les business angels le sont à des entreprises dirigées par des femmes.

Le Canada

Le Canada occupe le deuxième rang des pays les plus favorables à l’entrepreneuriat des femmes. Même si des progrès restent à faire, le Canada compte 3 % de femmes PDG de grands groupes, 25 % de femmes cadres supérieures et plus de 20 % de femmes dans les conseils d’administration. Des initiatives sont menées afin de favoriser l’entrepreneuriat au féminin dans tout le pays. On peut citer la société Sheo créée par Vicki Saunders, qui se présente comme un incubateur d’entreprises permettant aux femmes de fonder leurs propres sociétés innovantes.

L’Australie

L’Australie se situe en haut de ce classement, avec l’excellent travail fourni en amont pour valoriser l’entrepreneuriat féminin. On observe que plus de 50 % des créatrices d’entreprises affichent un excellent niveau d’études. Des initiatives sont de plus régulièrement menées par l’Etat pour mettre en avant les entreprises fondées par des femmes, comme le top 30 des dirigeantes générant plus de 25 millions de dollars de revenus annuels. L’Australie compte en son sein des femmes parmi les chefs d’entreprises les plus notables du pays, comme Barb de Corti, présidente et fondatrice de la société ENJO, une entreprise dédiée aux produits de nettoyage écologiques dont le chiffre d’affaires dépasse les 100 millions de dollars.

La France

Présente dans le top 5 des pays où l’entrepreneuriat féminin occupe une place notable, la France affiche aussi de bonnes performances dans le domaine de l’égalité professionnelle entre hommes et femmes. Depuis 2010, plusieurs mesures ont permis de connaître de vrais progrès en ce sens, comme la loi Copé-Zimmerman. Les femmes restent encore sous-représentées malgré tout dans la création de start-up. Un autre point positif cependant : une étude du Comité international des femmes dirigeantes a montré que la France se classait en tête des pays européens en ce qui concerne la place des femmes au sein des conseils d’administration. La France se distingue enfin par plusieurs femmes chefs de grandes entreprises, comme Anne Lauvergeon, présidente d’Areva de 2001 à 2011, ou Isabelle Kocher, qui prendra la tête de GDF Suez en 2016.

Nos Services | WeePartner | Offres | News Showbiz | Investissements | Appel d'Offres | Articles Sponsorisés | Parténariats | Archive | Bon à Savoir | High Tech | Conseils | News | Economie | Reussite | Informatique | Mobile | Management | Entreprise | Bien être | Finance