News Business....7J/7
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Altice franchit les 95 % de SFR et lance une offre publique de retrait

Rédigé le Jeudi 10 Août 2017 à 20:47 | Lu 125 fois




D'ici peu, Altice aura totalement avalé SFR. Le holding du tycoon des télécoms et des médias Patrick Drahi a annoncé ce jeudi détenir plus de 95 % du capital de sa filiale française de télécoms. Une montée au capital rendue possible par plusieurs accords d'acquisition d'actions SFR en échange d'actions Altice de type A.

Et le mouvement va se poursuivre : comme le veut la réglementation au-delà d'un tel seuil, Altice déposera en septembre auprès de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) une offre publique de retrait suivie d'un retrait obligatoire sur les titres qui ne lui appartiennent pas encore. Il proposera 34,50 euros par action, soit une prime de 9,2 % sur le cours de mercredi soir. L'opération permettra à Altice de simplifier son organisation et de maximiser les remontées de cash venant de l'opérateur.

Un an de péripéties

Pour l'ex-Société française de radiotéléphone, créée en 1987 par la Générale des eaux et revendue par le groupe devenu Vivendi à Altice en 2014, c'est une page qui se tourne. D'autant que le deuxième opérateur français (qui avait ensuite été fusionné à Numericable, déjà propriété d'Altice et coté depuis novembre 2013) va aussi changer de nom : la marque SFR sera abandonnée d'ici à fin 2018 pour lui préférer celle, mondiale, d'Altice.

Cela fait environ un an qu'Altice tente de sortir SFR de la cote. En septembre 2016, le holding de Patrick Drahi avait lancé une offre publique d'échange (OPE) pour prendre le contrôle des 22,25 % du capital qu'il ne détenait pas encore. Mais cette OPE avait été déclarée non conforme par l'AMF . Une décision rare pour le gendarme boursier qui avait alors pointé du doigt la commission de holding que SFR devait reverser à Altice. Sa mise en oeuvre et ses modalités avaient été jugées trop imprécises.

Rumeurs aux Etats-Unis

Autre péripétie : en juin, le fonds activiste CIMA (Charity & Investment Merger Arbitrage), actionnaire minoritaire de SFR, a porté plainte contre Altice devant le tribunal de grande instance de Paris, pour abus de bien social. Altice a depuis porté plainte pour dénonciation calomnieuse.

Le lancement de cette opération intervient alors que, selon la chaîne américaine CNBC, Altice préparerait une offre pour racheter le deuxième câblo-opérateur américain, Charter Communications. CNCB se risquait même mercredi à chiffrer l'opération à 200 milliards de dollars. Pour le Financial Times, le holding de Patrick Drahi serait prêt à débourser 185 milliards pour mettre la main sur le « câblo » américain, que les rumeurs valorisent habituellement entre 175 et 215 milliards.


lesechos.fr

Nos Services | WeePartner | Offres | News Showbiz | Investissements | Trucs Astuces | Articles Sponsorisés | Parténariats | Archive | Bon à Savoir | High Tech | Conseils | News | Economie | Reussite | Informatique | Mobile | Management | Entreprise | Bien être | Finance | Immobilier